Claude Blanchet aurait sollicité des firmes de génie-conseil

blanchet

Mise à jour le lundi 31 mars 2014 à 19 h 38 HAE
Un texte de Alain Gravel

Dans une déclaration assermentée le 25 mars dernier, un homme qui a une longue feuille de route dans le secteur de l’ingénierie déclare connaître Claude Blanchet depuis au moins 15 ans. Radio-Canada connaît son nom, mais, à sa demande, a caviardé tout ce qui pourrait l’identifier.

Il affirme « qu’au printemps 2007, à la suite de l’annonce du départ d’André Boisclair […] Claude Blanchet l’a rencontré à son bureau de Montréal et l’a sollicité pour une contribution politique au montant de 25 000 $ ».

Dans les jours suivants, l’homme d’affaires « a demandé à son organisation de lui procurer 25 000 $ de chèques de différents donateurs, de 3000 $ maximum », qui était à l’époque la limite admissible selon les règles du Parti québécois pour les courses à la direction.

Le dirigeant d’entreprise ajoute dans sa déclaration que « quelques semaines plus tard, il a remis à M. Blanchet personnellement, en mains propres, une enveloppe contenant les chèques de contribution demandés totalisant 25 000 $ ».

Il affirme qu’avec « cette collecte de fonds, il voulait avoir un accès privilégié à Mme Marois ».

Dans une conversation au téléphone, il a souligné que son organisation avait donné de l’argent pendant des années, autant au Parti québécois qu’au Parti libéral.

Rien d’illégal

La sollicitation de Claude Blanchet n’avait rien d’illégal en soi, mais l’homme d’affaires qui la dénonce a décidé de produire cette déclaration par indignation.

Il croit que « les solliciteurs de fond savent que ça se passe de même. Mais ils vont toujours le nier, en disant : « J’ai demandé des chèques, j’ai reçu des chèques. Je n’ai pas l’obligation de vérification » ».

Il poursuit en disant : « Tu ne t’en vas pas voir un dirigeant d’entreprise et lui demander du financement en pensant qu’il va débourser de sa poche! »

Claude Blanchet savait-il la façon de procéder de la firme de génie-conseil? Rien ne permet de l’affirmer. Joint au téléphone, et bien que ne sachant pas l’identité de notre source, il a nié énergiquement ces affirmations.

 

  • « En 2007, suite à l’annonce du départ d’André Boisclair, vous vous êtes présenté à son bureau au centre-ville de Montréal pour lui demander une contribution politique de 25 000 $ pour Mme Marois. Est-ce que c’est exact? », lui a-t-on demandé.
  • « Jamais », a-t-il répondu.
  • « Et qu’on vous a remis par la suite une enveloppe avec des chèques, donc de différents donateurs, des prête-noms qui ne devaient pas excéder 3000 $ par contribution? » a-t-on poursuivi.
  • « Jamais », a-t-il répété.

 

Au total, Pauline Marois a récolté 123 000 $ en 2007, l’année de sa nomination comme chef du Parti québécois. Les dons venaient en grande partie du monde de l’ingénierie.

De nouveau en 2008

Un deuxième dirigeant d’une firme de génie-conseil, qui ne veut pas être identifié, nous a affirmé avoir été lui aussi sollicité par Claude Blanchet, cette fois pour la campagne électorale de 2008.

Dans un restaurant de Montréal, en novembre, il affirme lui avoir remis des chèques totalisant 5000 $ provenant d’employés de sa firme, qui ont ensuite été remboursés ou compensés par sa compagnie.

Deux employés de firmes de génie-conseil parmi la liste des donateurs pour Mme Marois en 2007, qui ont donné chacun 3000 $, nous ont confirmé avoir été sollicités par leur employeur pour qu’ils donnent des chèques. Ils savaient que c’était pour la campagne de Mme Marois et ils ont été remboursés par la suite par leur employeur. Ces derniers n’ont pas caché leur inconfort.

« J’étais extrêmement mal à l’aise. J’ai essayé de résister à ça. T’as de la pression dans des situations comme ça. C’est pas plaisant. »— L’un des employés d’une firme de génie-conseil

Ces affirmations surviennent alors que Pauline Marois assure que le PQ est le champion de l’intégrité. « Jamais je n’accepterai que le Parti québécois soit comparé au Parti libéral en matière de financement de notre parti », a-t-elle déclaré en campagne électorale.

Pourtant, divers témoignages à la commission Charbonneau ont démontré que des firmes de génie-conseil avaient contribué généreusement aux partis politiques en recourant aux prête-noms. Par exemple, Dessau affirme avoir contribué, entre 1996 et 2011, pour 1 million de dollars aux deux grands partis, soit 600 000 $ pour le PLQ et 400 000 $ pour le PQ.

 

  • « On a déposé les chiffres des cotisations qui ont été données par Dessau via des prête-noms, des remboursements via de la fausse facturation. Aux partis politiques provinciaux, on s’est limités aux partis qui ont pris le pouvoir, à savoir le Parti libéral du Québec et le Parti québécois. On n’a pas fait l’exercice, mais je pense que je vous avais posé la question, vous avez également donné à l’ADQ? » avait demandé Me Denis Gallant, alors procureur de la commission Charbonneau, en mars 2013.
  • « Exact », a répondu Rosaire Sauriol, ex-vice-président Amérique latine chez Dessau.
  • « Bon. Et je comprends également que l’ensemble des contributions est toujours un peu plus haut quand le parti est au pouvoir? »
  • « Exact. »

 

Les partis politiques, PQ ou PLQ, disent depuis toujours qu’ils ignorent le recours aux prête-noms lors de leur collecte d’argent. À ce jour, le contraire n’a pas été démontré à la commission Charbonneau.

Cette question des systèmes de financement des partis politiques au Québec doit occuper une bonne partie des audiences de la commission après la campagne électorale. Le PQ a réagi par courriel en affirmant que le financement au Parti québécois s’est toujours fait selon les règles applicables.

La lettre de l’avocat de M. Blanchet en réponse au reportage de Radio-Canada

 

Dans cette lettre, l’avocat de Claude Blanchet affirme qu’il « s’est écoulé trois jours entre le départ de M. Boisclair et l’arrivée de Mme Marois » à la tête du Parti québécois. Ce n’est pas tout à fait juste :

 

  • L’élection générale québécoise de 2007 s’est tenue le 26 mars.
  • André Boisclair annonce sa démission comme chef du Parti québécois le 8 mai 2007.
  • En date du 11 mai 2007, alors que les règles de la course n’ont pas encore été fixées par le parti, deux personnes ont déjà annoncé officiellement leur candidature dans la course à la direction. Il s’agit de Gilles Duceppe, qui l’a annoncée par voie de communiqué, et de Pauline Marois.
  • Le 12 mai 2007, Gilles Duceppe annonce qu’il se retire de la course et qu’il appuie Pauline Marois, candidature officialisée le 13 mai 2007.
  • Le 26 mai, le règlement d’élection de la course à direction du PQ est adopté à l’unanimité par la conférence nationale des présidentes et des présidents du Parti québécois.
  • Le 26 juin, à la fermeture de la période de mise en candidature, Pauline Marois est la seule personne ayant déposé les signatures requises. Elle devient ainsi officiellement chef du Parti québécois.
  • L’élection générale québécoise a été déclenchée le 5 novembre 2008, et le vote a eu lieu le 8 décembre 2008.

 

Précisions du DGE

Selon des informations obtenues par Enquête auprès du Directeur général des élections (DGE), le financement recueilli par Pauline Marois en 2007 était bel et bien destiné à sa campagne à la direction.

Dès la course de 2005, finalement remportée par André Boisclair, le Parti québécois s’était soumis de lui-même aux règles sur le financement des partis politiques.

Puisque les sommes recueillies étaient soumises à la Loi électorale, tout stratagème de prête-noms était interdit.

Dans le cadre de la course à la direction, le PQ a créé une « instance de parti » par candidat, selon les termes du DGE.

Ce n’est qu’en 2011 qu’une loi a fait en sorte que les courses à la direction des partis politiques ont été encadrées par des règles sur le financement.

« En 2007, en attendant de voir s’il y aurait bel et bien une course, Mme Marois a « réactivé » son instance de 2005. Ce que [Radio-Canada a] trouvé dans les rapports financiers de l’année 2007 était la liste des personnes ayant contribué à la campagne de Mme Marois… en 2007 », a précisé le DGE par courriel.

Ladite « instance de parti » pouvait verser les fonds recueillis par Pauline Marois au PQ. « Le montant versé était toutefois plus petit que les 123 000 $ recueillis : Mme Marois avait fait des dépenses à même cette somme », a indiqué le DGE à Radio-Canada.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s