Un «deal» en fiducie

ftq

Michel Hébert

JOURNAL DE QUÉBEC, PUBLIÉ LE: JEUDI 30 JANVIER 2014, 24H24 | MISE À JOUR: JEUDI 30 JANVIER 2014, 24H29

Ce «deal» d’exactement 2 999 999 dollars et 70 cents a été conclu en juillet 2008 avec la SOLIM, le bras immobilier du Fonds de solidarité et la compagnie BLF, une entreprise impliquée dans l’immobilier et présidée par M. Blanchet.

Le «deal» incluait aussi une «convention» entre la SOLIM et la «Fiducie familiale Closerie dont les bénéficiaires sont les enfants de M. Blanchet», selon des documents officiels de la SOLIM et de BLF. La Closerie, c’était le nom de la célèbre résidence sur l’île Bizard.

Mais pourquoi impliquer une fiducie familiale dans cette affaire? Les fiducies familiales servent à aplanir les impôts et les revenus d’une entreprise en fiducie peuvent être distribués aux bénéficiaires sans imposition. Il s’agit d’un accommodement raisonnable, et tout à fait légal, avec le fisc.

Un détail avait fait sourciller la commission Charbonneau, jeudi dernier: pourquoi un investissement tout juste inférieur à 3 millions? C’est l’inoubliable Johnny Lavallée, l’ancien patron de la FTQ-Construction et ex-président de la SOLIM, qui avait donné la réponse: «C’était pour que ça reste à la SOLIM. À 3 millions, ça doit passer par le Fonds»… La SOLIM préférait gérer ce «deal»elle-même, pourquoi? On l’ignore encore.

Hier, Michel Arsenault, l’ancien président de la FTQ, a expliqué qu’il savait aussi que le «flo» Jean-Sébastien Marois-Blanchet, était employé chez BLF. Claude Blanchet et son fils ont quitté BLF en décembre 2013.

MAUVAIS POUR LE FOND

Finalement, ce «deal» aura été mauvais pour le Fonds. Des actions payées 30 cents revendues six fois moins cher… Les Joyeux naufragés de la marine Accurso l’ont eu dans l’os!

Mais Michel Arsenault avait autre chose en tête. Il espérait pouvoir utiliser ce«deal» en fiducie pour faire des pressions sur Pauline Marois. Quand il le faudrait. «Une farce plate», a-t-il dit, hier. Mais Arsenault y avait cru: la FTQ prévoyait que Pauline Marois finirait première ministre du Québec et qu’une association avec son mari serait éventuellement utile… Coincé, le retraité a avoué que ça n’avait pas été une «bonne idée»…

Publicités

2 réflexions sur “Un «deal» en fiducie

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s