La SOLIM a fait une exception pour Claude Blanchet

blanchet ftq
DENIS LESSARD La Presse

(Québec) La SOLIM, le bras immobilier du Fonds de solidarité, avait dérogé de ses habitudes quand elle avait injecté 3 millions $ dans Capital BLF, une société publique lancée par Claude Blanchet, l’époux de la première ministre Pauline Marois. Ni avant ni après la SOLIM n’a administré de valeurs mobilières.

Cette intervention, confient des sources présentes à la FTQ à cette époque, est clairement le «deal» auquel fait allusion Michel Arsenault le 20 avril 2009, dans une discussion avec l’ancien patron de la FTQ-Construction, Johnny Lavallée. M. Lavallée s’inquiétant d’un appui du PQ à une commission d’enquête sur la construction, Arsenault lui réplique que le PQ est «mal pris en ostie, parce qu’on a un deal avec Blanchet».

M. Lavallée soutenait que le PQ ne pourrait cautionner une enquête sur la construction, «embarquer dans ça, à cause que… s’ils embarquent dans ça, ils vont se faire ramasser eux aussi». À cette même époque, pendant qu’il était sur écoute par la SQ, M. Arsenault avait rencontré deux fois en privé Mme Marois qui était chef de l’opposition, notamment lors d’un souper au club 357 C. De Davos hier, Mme Marois a martelé à nouveau qu’il n’y avait jamais eu de «deal» pour que le PQ n’appuie pas une commission d’enquête. Les problèmes de la FTQ-Construction sont devenus publics en mars 2009. La députée adéquiste Sylvie Roy avait immédiatement réclamé une enquête, mais il aura fallu attendre septembre pour que le PQ réclame à son tour une commission d’enquête.

Des contrôles moins serrés

Arsenault sentait qu’il devait informer Lavallée de ce lien, parce que le courant n’a jamais passé entre MM. Blanchet et Lavallée. Claude Blanchet était vu comme l’homme de Louis Laberge, qui l’avait nommé à la barre du Fonds de solidarité auparavant. La SOLIM avait investi dans COMINAR, un autre fonds immobilier, mais le Fonds de solidarité avait tout de suite récupéré la gestion de cet investissement qui ne correspondait pas aux objectifs de la SOLIM, expliquent des sources internes, au coeur de ces décisions. Le 9 juillet 2008, par l’entremise de l’administrateur Guy Gionet, la SOLIM achète 9 999 999 actions de Capital BLF, au coût de 30 cents. En passant, à 30 cents près, tout juste en deçà des 3 millions$, la transaction évite une série de contrôles plus serrés. En gardant cet investissement à la SOLIM plutôt qu’au Fonds de solidarité, les contrôles étaient également moindres, expliquent des sources à l’interne. Hier, au Fonds de solidarité, on se refusait à commenter ce dossier parce qu’il était à l’étude à la commission Charbonneau.

Lors de sa comparution en commission parlementaire en décembre, Yvon Bolduc, le patron du Fonds de solidarité, reconnaissait avoir «vendu à perte» cette participation dans BLF pour faire entrer un nouvel administrateur susceptible de relancer l’affaire.

En 2008, après l’entrée en scène de la SOLIM, la valeur des actions s’était écroulée rapidement. En avril 2009, M. Blanchet achètera par exemple 240 000 actions, passées à cinq cents. M. Blanchet n’a pas retourné hier les appels de La Presse.

Avant que la SOLIM ne vienne à la rescousse de Capital BLF, Claude Blanchet avait tenté, avec insistance, d’intéresser des courtiers en valeurs mobilières à ce projet, avait à l’époque confié àLa Presse l’un des professionnels sollicités. Mais en 2008, toute la controverse autour des papiers commerciaux adossés à des actifs boiteux avait rendu les investisseurs frileux à l’égard des fonds immobiliers. En décembre dernier, Claude Blanchet quittait son poste de président de Capital BLF, après avoir obtenu 694 000$ en frais de gestion – il perdait 85 000$ sur la valeur de ses actions. Marc Marois, le frère de la première ministre, avait vendu en même temps ses 40 000 actions à 8,50$ pièce – les actions ont été converties à un ratio de 40 pour 1 en août 2013, leur valeur réelle est d’environ 36 cents, si on veut les comparer avec celles achetées 30 cents par la SOLIM en 2008.

Rapports particuliers

Capital BLF avait eu, depuis le début, des rapports bien particuliers avec la SOLIM. Quand le Fonds de solidarité avait donné un coup de barre en mai 2009, pour s’assurer d’une plus grande indépendance de la FTQ, après des semaines de controverse, le Fonds avait nommé Pierre Laflamme comme membre d’un nouveau «comité d’évaluation indépendant» pour scruter les décisions de la SOLIM. Or M. Laflamme, un ancien bras droit de Claude Blanchet à l’époque où il présidait la SGF, était en même temps administrateur de Capital BLF, une situation vraiment particulière, confient des sources informées de ces tractations. Parmi les administrateurs de BLF, on retrouvait plusieurs proches de M. Blanchet, dont Dino Fuoco, un ancien de la SGF, Frank Dottori, qui était dans le dossier Gaspésia, financé par le Fonds, et Philippe Morin, un administrateur de Kevlar, une firme de courtage. On y retrouvait aussi François Bourbonnais, employé de la SOLIM de 1999 à 2002.

En commission parlementaire, en décembre, Michel Arsenault et Yvon Bolduc avaient été interrogés sur cet investissement dans la firme de Claude Blanchet. Pierre Paradis, député libéral, s’interrogeait sur les raisons qui avaient poussé la SOLIM à injecter 1 million$ de plus que nécessaire dans la société – elle voulait acheter 5 millions un immeuble de 65 unités résidentielles pour lequel elle avait obtenu 3 millions$ de financement de la SCHL.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s