Élaine Zakaïb rencontrée par la procureure en chef de la commission Charbonneau

zakaib

Charles Lecavalier

PUBLIÉ LE: JEUDI 23 JANVIER 2014, 15H22 | MISE À JOUR: JEUDI 23 JANVIER 2014, 21H19

Élaine Zakaïb a rencontré la procureure en chef de la commission Charbonneau le 14 janvier.

Pauline Marois a révélé cette information lors d’un point de presse pour défendre l’intégrité de la ministre responsable d’Investissement Québec. La première ministre l’appuie totalement.

«Mme Zakaïb a toute ma confiance. Je crois qu’elle a répondu à toutes les questions utiles et pertinentes.

Elle a d’autre part répondu à la demande de la commission. Elle a témoigné auprès de la commission, répondu à toutes les questions», a lancé la première ministre ce matin lors d’un point de presse à Davos, en Suisse.

TEMPÊTE POLITIQUE

La ministre déléguée à la Politique industrielle n’avait pas révélé cette information lors d’une conférence de presse d’urgence en fin de soirée mercredi.

Élaine Zakaïb est au cœur d’une tempête politique au lendemain de la publication d’écoutes électroniques gênantes. La CAQ demande sa suspension immédiate et le PLQ exige sa démission.

Rappelons que Mme Zakaïb nie avoir fermé les yeux sur un stratagème d’investissement qui favorisait l’entrepreneur Tony Accurso lorsqu’elle travaillait au Fonds de solidarité FTQ.

«J’Y AI MIS FIN»

«Dès que j’ai eu connaissance de cette méthode, j’y ai mis fin», a plaidé Mme Zakaïb mercredi.

Elle n’a toutefois pas alerté les forces de l’ordre puisqu’«il n’y a rien qui était illégal dans cette façon de faire».

Lorsqu’elle a dit: «Le moins j’en sais, le mieux je me sens», elle faisait plutôt référence à la guerre de tranchées que se livraient Jean Lavallée et Jocelyn Dupuis à la FTQ-Construction.

La ministre a été présidente-directrice générale des Fonds régionaux de la FTQ de 2004 à 2012.

Pour François Legault, la première ministre doit «suspendre la ministre le temps de savoir pourquoi elle a accepté l’ingérence de la FTQ-Construction.»

La libérale Lise Thériault a critiqué le comportement de Mme Zakaïb.

«Il aurait fallu qu’elle ouvre sa boîte et qu’elle appelle la police puis qu’elle prenne les mesures; pas dire: il m’a appelée, puis changer ses règles pour trouver c’est quoi, le problème.»

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s