Dupuis et Goyette auraient aidé les péquistes en 2007

COMMISSION CHARBONNEAU
Ils auraient offert divers services durant la campagne électorale

 

CHARLES LECAVALIER

PUBLIÉ LE: MERCREDI 02 OCTOBRE 2013, 23H30 | MISE À JOUR: MERCREDI 02 OCTOBRE 2013, 23H36

André Boisclair

PHOTO LES ARCHIVES, AGENCE QMI

André Boisclair aurait donné sa bénédiction à Jocelyn Dupuis et Richard Goyette lors de la campagne électorale de 2007, aux dires des dirigeants syndicaux.

Le gouvernement Marois a appuyé une motion qui étend les pouvoirs d’enquête du directeur général des élections pour toute la période couverte la commission Charbonneau.

S’il respecte sa parole, le DGE pourra ainsi faire la lumière sur les allégations de Jocelyn Dupuis et Richard Goyette, qui disent avoir aidé les péquistes durant la campagne électorale de 2007 avec la bénédiction d’André Boisclair.

Dans le livre Syndicalistes ou voyous, ils affirment que Jocelyn Dupuis, alors président de la FTQ-Construction, a offert au PQ l’installation de pancartes électorales, des services de gardiennage pour les électeurs devant s’absenter du foyer, des lignes téléphoniques, des téléphonistes et des services juridiques. André Boisclair aurait accepté.

Avant d’entrer au conseil des ministres hier, le président du Conseil du trésor Stéphane Bédard a nié ces allégations. «Les campagnes on les fait avec les militants», a-t-il lancé.

La première ministre a ajouté «ne pas être inquiète» de ces allégations puisque son parti «n’agit pas comme cela.»

Trop tard pour enquêter

Or, pour le moment, le DGE ne peut pas enquêter sur l’implication alléguée de la FTQ-Construction dans la campagne électorale du Parti québécois de 2007. Les révélations des anciens dirigeants de la centrale, Jocelyn Dupuis et Richard Goyette, arrivent un an trop tard.

«Le DGE n’interviendra pas parce qu’il serait impossible d’entreprendre une poursuite du tiers puisque les délais de prescription sont écoulés», disait vendredi le porte-parole de l’organisme.

La motion, déposée par la CAQ, demande au gouvernement d’adopter un projet de loi qui augmente les pouvoirs d’enquête du DGE et qui demande aux partis politiques de s’engager formellement à rembourser toutes les sommes reçues illégalement. Elle a été adoptée à l’unanimité.

Le ministre responsable des Institutions démocratiques Bernard Drainville «s’engage» à la respecter, mais il «ne peut pas aller dans le détail.»

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s