Sylvain Simard à la SAQ «Un poste, un péquiste!», dénoncent les partis d’opposition

simard

Agence QMI
Geneviève Lajoie

QUÉBEC – Les partis d’opposition s’insurgent de la nomination «partisane» de l’ex-ministre péquiste Sylvain Simard à la tête du conseil d’administration de la Société des alcools du Québec (SAQ).

«La recette est bien simple : C’est un péquiste, « une job »; « une job », un péquiste jusqu’à épuisement des stocks!», a tonné jeudi la députée libérale Lise Thériault, à l’Assemblée nationale.

Elle a rappelé que Pauline Marois a mandaté un comité en décembre après la controverse entourant la double nomination d’André Boisclair pour plancher sur les nominations partisanes.

«Le constat est clair, la mise sur pied du comité de la première ministre c’est juste de la poudre aux yeux!», a enchaîné la députée d’Anjou.

Même discours du côté de la Coalition avenir Québec, qui a réclamé sans succès la liste des candidats au poste de président du C.A. de la SAQ. «La première ministre ne croit-elle pas que la modération aurait bien meilleur goût et qu’elle pourrait démontrer davantage de sobriété dans ses nominations», a lancé le député caquiste Christian Dubé.

Un homme compétent

Le ministre Nicolas Marceau est monté au front pour défendre la nomination de l’ex-député péquiste de Richelieu, qui n’est absolument pas partisane, insiste-t-il.

«Je suis très heureux de cette nomination. On a un homme compétent, on a un homme qui connaît l’État, qui connaît les sociétés d’État, qui connaît le fonctionnement, qui connaît aussi la nécessité qu’il y a à avoir une SAQ performante. Tout ce que j’ai à dire, c’est que ce n’est pas un défaut d’être souverainiste. Il appartient au PQ, mais il est par ailleurs très compétent et c’est la première raison pour laquelle on l’a choisi», a martelé jeudi le ministre des Finances, pressé de questions.

Appartenance politique

Aux yeux de Nicolas Marceau, une nomination partisane, c’est nommer quelqu’un qui n’est pas compétent pour occuper un poste, c’est nommer une personne sur la base de son appartenance politique.

«Là, on a quelqu’un qui est parfaitement compétent, qui est rigoureux, qui a été président de la Commission de l’administration publique au parlement, qui a été député pendant 18 ans, a-t-il renchéri. Ce n’est pas un défaut, ce n’est pas quelque chose qui empêche quelqu’un d’être nommé que d’avoir été député du PQ!»

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s