Impôts Marois: hausse rétroactive

pauline_marois3

 

Agence QMI
Judith Plamondon

C’est en imposant une hausse d’impôts rétroactive aux plus riches et aux entreprises que Pauline Marois compte pallier le manque à gagner causé par l’abolition de la taxe santé.

Jointe par téléphone samedi, la directrice des communications de Pauline Marois, Shirley Bishop, a confirmé que Québec ira chercher dans les poches des plus nantis les 845 millions $ dont se privera l’État en abolissant la taxe santé adoptée par le gouvernement de Jean Charest.

« Cinq millions de Québécois n’auront plus à payer la taxe santé [de 200 $] », a rappelé Mme Bishop, mais en contrepartie, « les personnes gagnant plus de 130 000 $ et les entreprises devront payer davantage d’impôts », une hausse rétroactive au 1er janvier 2012.

Pour ce faire, Québec compte créer deux nouveaux paliers d’imposition; un premier pour les personnes ayant un revenu supérieur à 130 000 $ par année et un second pour les personnes gagnant plus de 250 000 $ annuellement.

Le pourcentage de la hausse, qui touchera aussi les entreprises, reste à déterminer, a indiqué Mme Bishop. Le gouvernement réfléchira, au cours des prochaines semaines, sur les modalités entourant ce changement fiscal, a-t-elle précisé, ainsi que sur la façon dont cette hausse sera annoncée.

Même si cette surtaxe s’appliquera aux revenus touchés depuis le 1er janvier 2012, Mme Bishop estime qu’on ne peut parler de « rétroactivité ».

« La notion de rétroactivité semble semer un peu de confusion. La hausse ne s’appliquera qu’à la prochaine déclaration de revenus, que les Québécois rédigeront au printemps 2013, et non à l’impôt déjà payé », s’est-elle défendue.

La CAQ demande à Marois de « préciser sa position »

Prudent, le porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière de Finances, Christian Dubé, n’a pas voulu commenter cette annonce.

« Je veux être très prudent, je trouve ça trop gros », a-t-il affirmé, exhortant la première ministre ou son ministre des Finances, Nicolas Marceau, « de préciser ce qu’il a été dit » par Mme Bishop.

Reste qu’à priori, la CAQ est contre l’idée d’augmenter les impôts, des plus pauvres comme des plus nantis. « Les Québécois sont surtaxés. Nous avons déjà dit que nous étions contre la création de deux nouveaux paliers d’imposition », a précisé M. Dubé.

Après avoir voté contre une motion proposant l’abolition de la taxe santé, en février dernier, la CAQ est revenue sur sa position depuis et se dit maintenant en faveur de l’abolition de cette taxe annuelle de 200 $ par personne.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s