Une tuile pour la chef du PQ

marois tuile

 

Marilou Séguin et Charles Poulin Le Journal de Montréal

23-09-2007 | 06h37

À 24 heures des élections complémentaires dans Charlevoix, la chef du Parti québécois Pauline Marois se retrouve dans l’embarras, au moment où des allégations laissent entendre que son domaine de L’Île- Bizard est en partie construit sur des terres appartenant au gouvernement du Québec.

Le quotidien The Gazette soutenait hier que le domaine de 41 acres habité par Mme Marois et son conjoint, Claude Blanchet, comprendrait deux parcelles de terres publiques.

Plusieurs acres de leur propriété se retrouveraient ainsi sur des terres expropriées par le gouvernement du Parti québécois en 1978, en vue d’un futur prolongement de l’autoroute 440.

Leur majestueuse résidence serait quant à elle construite sur d’anciennes terres agricoles dont le zonage a été changé au début des années 1990.

Classe politique secouée

Ces allégations ont secoué la classe politique, hier.

Dans la circonscription de Charlevoix, où des élections partielles auront lieu demain, le candidat de l’ADQ Conrad Harvey a sommé Pauline Marois de clarifier la situation.

«Mme Marois doit s’expliquer, tonne-t-il. Elle ne peut refuser de réagir face à un tel article», dit M. Harvey.

«Ça nécessite que mon adversaire renseigne les citoyens qui vont aller voter demain, ajoute le candidat adéquiste. De notre côté, à l’ADQ, on va regarder ça sérieusement.»

Au bureau du premier ministre Jean Charest, hier, son attaché de presse a refusé de commenter l’affaire.

Le PQ nie

Invité à plusieurs reprises à réagir, hier, le Parti québécois a répondu aux nombreux appels du Journal en fin de soirée.

«Le contenu de cet article est faux, affirme Christiane Miville-Deschênes, directrice des communications de Pauline Marois. M. Blanchet a d’ailleurs en main les preuves pour contrer ces allégations», dit-elle. Mme Miville-Deschênes assure aussi que Claude Blanchet demandera à The Gazette de se rétracter, à défaut de quoi il le poursuivra.

En soirée, hier, le quotidien anglophone n’avait reçu aucune demande en ce sens. «On est confortable avec ce qu’on a publié», a indiqué le directeur de l’information, Raymond Brassard.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s