« Cinq ans de perturbations » après un Oui

Français : Pauline Marois au Cégep de Chicoutimi

Français : Pauline Marois au Cégep de Chicoutimi (Photo credit: Wikipedia)

Journal de Québec

Michel Hébert

Même si le programme du Parti québécois évacue la notion d’association, Pauline Marois affirme qu’un Québec indépendant devra conclure un accord de partenariat avec le Canada anglais. Des « relations plus saines et plus respectueuses avec nos voisins » seraient, selon elle, fort utiles surtout qu’après un Oui, le Québec vivra « cinq ans de perturbations » économiques et politiques.

« Il y aura cinq ans où ça va bouger et où on aura certaines difficultés, c’est évident. On ne fait pas des transformations comme celle-là sans qu’il y ait certaines perturbations, c’est normal comme dans tout changement majeur. Mais si on se prépare bien, il y en aura moins. Je suis consciente qu’il y a des risques de cet ordre-là, mais ils sont contrôlables. Je ne suis pas jovialiste, je suis réaliste »

Une association « à définir par nous avec nos partenaires canadiens » serait donc préférable, juge Mme Marois, plus affirmative sur ce sujet que son parti. « Moi, je ne l’ai pas évacuée; cependant, je ne rends pas l’indépendance conditionnelle à une association. Mais je suis certaine qu’il va y en avoir une et je suis d’accord pour qu’il y en ait une. Je ne fais pas l’indépendance contre le Canada, mais pour le Québec et je crois que nous serons de meilleurs voisins, de voisins qui auront des relations plus saines et plus respectueuses », a ajouté Mme Marois.

À moins d’un mois de l’élection du prochain chef, Mme Marois affirme que la lutte se fait maintenant entre elle-même et André Boisclair. À cause de critères d’admissibilités « trop lâches »; les militants se sont éparpillés entre neuf candidats, mais ils auront bientôt à choisir « entre lui et moi », estime Mme Marois qui espère le ralliement de Pierre Dubuc et de Richard Legendre.

Référendum

Le débat prévu au Capitole de Québec, aujourd’hui, portera sur  la souveraineté et l’échéancier référendaire. Dans le camp des modérés, Mme Marois prône un référendum « le plus vite possible dans le prochain mandat », mais refuse net de « fermer l’agenda ». Selon l’échéancier électoral prévisible, ce pourrait être entre 2007 et 2012, prédit-elle en souhaitant que ce soit « plus tôt que plus tard ».

Un Québec souverain avec Pauline Marois conclurait assurément un accord économique avec le Canada. Le programme du parti évoque la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux, mais Mme Marois pourrait aller plus loin. « Y a-t-il d’autres formes d’association ou de partenariat qui peuvent aller plus loin sur le plan économique? À partir du moment où on ne fait pas de frontière, il s’agit de s’entendre sur les règles, c’est tout », di-elle.

Réaliste, Mme Marois prévoit que la souveraineté ne se fera pas sans « perturbations » économiques ou financière. Jacques Parizeau s’y attendait en 1994 et avait mis de côté plusieurs milliards, notamment grâce à Desjardins et à la Caisse de dépôt et placement du Québec. Mme Marois favorise la même approche même si elle croit que les difficultés post-référendaires seront amoindries parce que les Québécois contrôlent maintenant 60% de l’économie. Cela dit, l’indépendance ne réglera pas tous les problèmes.

« Je ne pense pas que, avec la souveraineté, on sera plus riche tout d’un coup, qu’on aura plus de problèmes en santé, en environnement ou en éducation. On aura, comme tous les États du monde, à faire des choix, à établir des priorités. La différence fondamentale, c’est qu’on aura les moyens de prendre nos décisions », dit-elle en rappelant qu’un Québec souverain disposerait d’une marge de manœuvre immédiate de 1,3 milliard, ou de 7,2 milliards en cinq ans. « Mais 1,8 milliard, c’est vite dépensé », admet-elle.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s